AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bio-armement Tyty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gauntus_gloutonus
Mercenaire


Masculin Nombre de messages : 150
Age : 25
Armées Jouées : tyty et nécrons
Localisation : dans la cambrousse, avec les lions
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Bio-armement Tyty   17th Septembre 2006, 21:17

Salut à tous

et oui c'est encore moi et voilà une description du armement tyty


ETRANGLEUR
Le monde de fonctionnement de cette arme est pratiquement identique à celui du canon venin quant au procédé d'expulsion. La différence majeure entre ces deux armes réside dans leur projectiles. Bien qu'étant elle-même symbiotique, cette arme héberge une plante parasite de type épiphyte dont les fruits font office de munitions. Ces graines mutantes sont lourdes et d'une grande densité, leur écorce normale est en fait un épithélium catalytique provoquant à l'impact une germination extrêmement rapide des racines et des rhizomes. Ces derniers poussent dans toutes les directions et enserrent ou pénètrent tout ce qu'ils touchent. La suite du procédé métabolique voit la formation d'épines de silicate qui arrachent et transpercent la cible capturée pour en extraire les nutriments à une vitesse proprement incroyable.

Hypothèse : Du point de vue de leur évolution, ces cosses montrent des caractéristiques que l'ont retrouve dans la flore de nombreux mondes hostiles. La croissance rapide de cette plante doit lui permettre d'éviter les attaques de prédateurs et peut-être de capturer des sources de nourriture. Sa forme actuelle peut rapidement passer de l'état de graine à celui de plante mature, en l'espace de quelques secondes. Malgré la quantité d'énergie métabolique déployé, la version, bien que de forme stable.

La version parasitique incorporée dans l'arme semble être la forme naturelle de cette plante. Nous voyons encore une fois que les tyranides sont capables de manipuler de façon radicale le génome d'une espèce en produisant une plante-parent capable de générer des organismes différant grandement de sa propre morphologie.

L’étrangleur commence son cycle de vie dans une graine de la taille d’un poing humain. La graine est projetée à partir d’un lanceur tout simple qui n’est rien d’autre qu’un tube musculaire. Si une telle graine se plante dans un organisme vivant, sa germination est déclenchée par la chaleur de la chair et des fluides vitaux de la victime. La graine explose, libérant une masse de vrilles compressées qui se répandent rapidement dans tout le corps et le transpercent de toutes parts. En quelques secondes, l’étrangleur grandit et ses vrilles couvertes de sang et de lambeaux de chair sortent du corps, s’étendant à une vitesse fulgurante dans toutes les directions.

La forme de vie abritée dans la graine est un organisme sinueux et incroyablement fort. Il semblerait qu’il ne possède pas réellement de corps, uniquement des vrilles, destinés à se détendre pour déchirer sa proie. Des études sur la créature ont permis de découvrir qu’il s’agit en fait d’une espèce de végétal ayant quelques similitudes avec des plantes terrestres.

L’énergie de l’organisme étant rapidement dépensée lors de son violent développement, il sombre dans un état statique, mais la poussée initiale est telle qu’il peut transpercer une armure ou la chair avec la même facilité. Même des véhicules et des troupes blindées seront détruits si l’organisme étrangleur trouve la moindre faille dans leur protection, et ceux qui survivent sont irrémédiablement immobilisés par les vrilles aussi dures que l’acier.


CRACHE-MORT

La bio-arme dite "crache-mort" renferme un système complexe et la nature hautement volatile de ses munitions a rendu vains nos efforts pour décrire de façon adéquate leur composition avant éjection. Les analyses indiquant toutefois une forte probabilité des informations suivantes.

Le corps principal de l'arme abrite une chambre d'incubation. Elles renferment ce qui pourrait être les formes protoplasmiques en gestation des créatures décrites lors des missions d'abordages des bio-vaisseaux tyranides par les membres du chapitre des Space Wolves de l'Adeptus Astartes. Dans cette chambre se trouve également une sorte de crustacé jouant un rôle essentiel dans le processus de tir. La chambre d'éjection est un tube étroit fait de chitine et d'os et scellé par une membrane musculaire. Le tir de cette bio-arme s'accomplit de la façon suivante : des stimuli bioélectriques poussent le crustacé à rapporter une forme embryonnaire vers la chambre d'éjection, puis à ouvrir l'enveloppe de l'embryon pour mettre à nu sa chair immature et le placer en position d'éjection. Il semble que nous soyons en présence d'un acte conditionné car le crustacé se nourrit alors de la coque de l'embryon en guise de "récompense". A l'intérieur de la chambre, l'équivalent biologique du bloc de culasse se rapproche, et les enzymes qui les recouvrent réagissent au contact de la chair exposée de l'embryon qui se retrouve expulsé vers la cible, sa biocomposition acide extrêmement volatile dans la plupart des atmosphères provoque un sifflement aigu lorsque les couches de son épiderme se dissolvent. L'embryon est disloqué par l'impact et sa masse gélatineuse de protéines incomplètes, d'acide, d'éléments caustiques et d'enzymes peu éclabousser une large zone, entraînant des conséquences horribles sur les troupes exposées. Toute ces substances chimiques sont suffisamment corrosives pour endommager le blindage de nos véhicules.

Hypothèse : Il m'est impossible de formuler une hypothèse quelconque visant à expliquer l'évolution progressive de cette arme. On ne peut que constater une quantité significative de bio-manipulation et une utilisation opportune de ressources génétiques multiples.


DEVOREUR

Cette arme est moins un organisme distinct qu'une ruche à part entière, entrée en symbiose avec l'organisme-hôte pour pouvoir y prélever les nutriments nécessaires à l'incubation d'une forme atrophiée de larves de Voraces qui en constituent les munitions. Elles est formée d'une large pointe conique perforée de multiples tubes d'aération qui servent également de voies de sortie en présence d'un danger. Des signaux à base de phéromones appellent les larves vers les issues lorsque l'organisme-hôte ressent le besoin d'utiliser son arme, puis une impulsion bio-électrique ordonne à l'essaim d'attaquer. Lorsqu'une larve rencontre un objet quelconque, elle se met à le dévorer frénétiquement tout en sécrétant une bile hautement corrosive pour les tissus nerveux et remontent la colonne vertébrale jusqu'au cerveau avec une hâte extrême, ce qui provoque une mort heureusement rapide.

Hytpothèse : Tout ceci semble indiquer la bio-manipulation du mécanisme naturel de défense de l'espèce originelle.


ECORCHEUR

Cette arme employée par les troupes de base des tyranides est une chambre d'incubation renfermant un grand nombre d'insectes écorcheurs qui, une fois parvenus à maturité, sont conservés dans un état de torpeur par des émissions d'hormones. Tous ces insectes naissent et grandissent dans le corps de l'arme, et passent probablement leur vies enfermés à l'intérieur. Une stimulation neurologique émise par l'hôte fait remonter vers l'orifice de l'arme l'un des insectes qui sort de son sommeil pour attendre un signal bio-électrique. La manipulation génétique semble avoir rendu ces insectes aveugles, et leurs ailerons sont configurés pour prévenir toute déviation significative de la trajectoire de vol. Lorsqu'il perçoit le signal d'attaque, l'orifice s'ouvre pour permettre à l'insecte de s'élancer de façon tenace. Il commence alors à sécréter des enzymes digestives et ses puissantes mandibules lui permettent de s'enfoncer dans le corps de sa victime, le tout à une vitesse ahurissante. Cette activité persiste jusqu'à ce que les maigres ressources en énergie de l'insecte ne s'épuisent ou qu'un traumatisme quelconque ne mette fin rapidement à son éphémère existence.

Synopsis : Forme et fonction similaire à celles du dévoreur. Certainement une forme de faune agressive dont les instincts naturels ont été mis à profit. On suppose que ces armes sont des versions modifiées de l'insecte de base et qu'elles produisent elles-mêmes les oeufs qu'elles incubent.


POING EPINEUX

Cet organisme est généralement relié à un des membres supérieurs le long duquel remonte un larynx qui pénètre dans le corps de l'hôte et se connecte à son système respiratoire. Le poing épineux développe une grande quantité de pointes semblables à celles de nombreux échinodermes, enduites de substances mortelles et conservées dans une série de conduits cachés. Cette arme emploie une méthode d'expulsion relativement inhabituelle : des vésicules de respiration se développent et c'est le volume des gaz délivrés par la contraction rapide de ces vésicules qui sert à la propulsion des munitions. La créature peut apparemment choisir de n'ouvrir qu'une partie de ses conduits d'expulsion à la fois afin d'assurer qu'elle conserve assez de projectiles si une utilisation ultérieure de l'arme venait à s'avérer nécessaire.

Hypothèse : Sous sa forme présente, l'organisme est incapable de projeter ses épines contre une cible sans l'aide de son hôte. Il paraît avoir développé à partir d'un crustacé prédateur utilisant la compressibilité des atmosphères gazeuses comme sources d'énergie pour ses défenses. Le long larynx ombilical semble indiquer que ce crustacé reste fixé aux récifs des fonds marins et se sert de cet appendice pour aspirer des gaz en surface. Les liquides demandent bien plus d'énergie que les gaz pour pouvoir être compressés. Les autopsies ont révélé des vestiges de tendons là où des épines étaient attachées, ce qui devrais permettre à l'organisme d'attraper une proie et de la ramener vers lui sans être obligé de relâcher sa prise dans un courant violent.


CANON VENIN

Cette énorme arme pointue et effilée est un tube creux bardé de muscles concentriques, qui expulsent violement un kyste. Lors de l'autopsie de certaines créatures, on a pu observer de grands sacs pulmonaires dont on pense qu'ils servent d'organe de propulsion. Les kystes sont produits dans une cavité du corps de l'hôte tyranide connectée à l'arme par de nombreux produits dans une cavité du corps de l'hôte tyranide connectée à l'arme par de nombreux conduits ombilicaux, approvisionnant l'arme en munitions ainsi qu'en stimuli. Le kyste se compose d'une coque enduite d'une couche interne de lipides isolantes, renfermant un mélange maintenu sous très haute pression d'acides, d'enzymes et de toxines libérées lors de l'impact. Cette combinaison d'éléments corrosifs est capable de dissoudre les blindages aussi facilement que les troupes qu'ils sont censés protéger. Cependant, le kyste en lui-même n'est pas extrêmement dense ou résistant, ce qui signifie que la plupart des véhicules blindés peuvent résister à un tel tir sans subir de dommages critiques.

Hypothèse : On ne sait pas trop comment cet organisme symbiotique a progressivement évolué, mais on peut suspecter l'adaptation d'un système défensif utilisé hors de son contexte. On sait que les tyranides font un large usage de cette arme pour exterminer les plus grosses formes de vie des planètes avant la mise en route de la tyranoformation. Peut-être agissent-elles comme un premier stade du processus de digestion aussi bien que comme armes en tant que telles.


BIO-PLASMA

Les carnifex ont la capacité de générer dans leur corps une sorte de bio-plasma qu’ils vomissent sous la forme d’une boule ou d’un éclair d’une aveuglante lumière verte. La matière plasmatique est créée dans leur ventre et énergétisée par les plaques sonores de leur de leur œsophage, c’est ce qui produit le cri aigu qui précède l’attaque du carnifex. Un champ électrique autour des pinces du carnifex retient le plasma incandescent jusqu’à ce qu’il soit prêt à être projeté sur la cible. Certains rapports ont fait état d’autres créatures utilisant du bio-plasma mais ou ces rapports sont erronés, ou ce sont les premiers signes d’une nouvelle mutation vers une créature tyranide encore inconnue, les avis sont partagés.

Les gargouilles portent une créature symbiotique transformant leur bile en un liquide au phosphore qui brûle au contact de l’air. Les gargouilles envoyées en avant du reste des troupes utilisent leur jet enflammé pour répandre la terreur et la confusion parmi les populations civiles. Sur le champ de bataille, elles attaquent les fortifications pour obliger les troupes adverses à sortir de leurs positions défensives.


CONSTRICTOR

Cette arme est une créature ressemblant à une araignée qui projette des filaments visqueux entourant et immobilisant la cible. Plus la victime se débat, plus la toile serre, jusqu’à l’étrangler ou l’étouffer dans ses mailles. Les termagants sont souvent armés de constrictors pour capturer des spécimens vivants qui seront rapportés aux vaisseaux ruches pour y être disséqués afin de rejoindre le stock génétique.


FUSIL A POINTES

Le fusil à pointes est une autre arme tyranide utilisée presque exclusivement par les termagants. Il est constitué d’un long tube d’os et de muscle contenant plusieurs pics effilés qui poussent à partir de son extrémité arrière. Les pics ressemblent à des harpons plus qu’à toute autre chose, leur pointe est large et tranchante comme un rasoir. Lors du tir, une contraction musculaire projette la première pique du chargeur sur la cible.

Le fusil à pointes possède une portée de tir plus longue que l’écorcheur, qui est l’autre arme commune des termagants, et est plus souvent utilisé par les essaims. Ceci n’est pas forcément bénéfique aux ennemis des tyranides car, bien qu’une touche d’un fusil à pointes soit moins dangereuse que celle d’un écorcheur, la pointe du harpon bénéficie d’une grande inertie et est capable de traverser plus facilement les armures que les munitions vivantes de l’écorcheur.


Dernière édition par le 18th Septembre 2006, 19:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gauntus_gloutonus
Mercenaire


Masculin Nombre de messages : 150
Age : 25
Armées Jouées : tyty et nécrons
Localisation : dans la cambrousse, avec les lions
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Re: Bio-armement Tyty   17th Septembre 2006, 21:17

BIO-KNOUT

On distingue généralement trois tendons terminés par des crochets rigides reliés au "corps" d'un organisme enfermé dans une gaine osseuse, elle-même fermement agrippé par le porteur. Les données collectées par auspex et les examens sur le terrain indiquent une forme d'intelligence animale : les bio-knouts continuent d'attaquer quiconque s'approche de leur porteur bien après que celui-ci a été éliminé. Les tests semblent aussi indiquer qu'ils sont guidés par les ondes cérébrales. Ce phénomène naturel à certains prédateurs a donc peut-être été appliqué aux armes des hordes tyranides. Les longueurs d'ondes de l'Esprit de la ruche ne stimulent pas l'attaque de la créature, ce qui est fort probablement dû à de longues périodes de relation pseudo-symbiotique ou à une manipulation génétique. On suspecte toutefois que les liens neuraux et sensoriels de la gaine permettent un contrôle plus direct des actions de cette arme.

Hypothèse : Certainement le produit de la manipulation génétique d'un organisme marin tentaculaire commun.


EPEE D’OS

L’épée d’os est une bio-arme utilisée par les guerriers tyranides. La lame de l’épée est en fait la corne démesurée d’une créature, effilée sur toute la longueur. La lame est vivante et grandit petit à petit. Si elle est endommagée, est capable de se réparer elle-même. La garde est composée de l’exosquelette chitineux de la créature. Son minuscule cerveau est protégé au centre de la garde. La créature est incapable de penser indépendamment mais elle peut générer une puissant énergie psychique quand elle est stimulée par son utilisateur. L’énergie psychique court le long du système nerveux à l’intérieur de la lame, créant un effet de champs semblable à celui d’une arme de force. Ceci donne à l’épée d’os sa morsure redoutable.


CROCHETS

Les crochets font partie du redoutable armement génétique du lictor, ce sont ses armes les plus singulières et les plus polyvalentes. Le crochet est constitué d’une base chitineuse de carbone et d’un tranchant monomoléculaire. Attaché à un muscle exceptionnellement résistant et d’une grande longueur enroulé entre les côtes, il est projeté par un spasme intercostal et permet au lictor d’abattre ou d’attraper une victime à distance. Les crochets sont aussi utilisés comme grappins pour escalader à grande vitesse des surfaces verticales.

Des dissections ont permis aux scientifiques impériaux du Magos Biologis de découvrir que certains guerriers tyranides possèdent des embryons de crochets dans leur poitrine. On ne sait pas si ces guerriers sont dans un processus évolutif les transformant en lictors, si ce sont des lictors se transformant en guerriers ou si ces guerriers tyranides sont simplement en train de développer un armement complémentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bio-armement Tyty
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commissaire? On a un problème... [bataille Tyty vs GI]
» [Tyrannides-Peinture] mes tyty adorés
» Liste 1500 VS Tyty ^^
» [W40K] : ultra tyty VS gi ork blood (16/11/08)
» liste tyty (mais pas grominet^^)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WarCréator : Le Forum des Warhammers :: Warhammer 40.000 :: Ordo Escribitus :: Fluff & Background-
Sauter vers: